mercredi 8 mars 2017

8 mars - Journée internationale du droit des femmes


J'aimerais célébrer, fêter, danser ! 
J'aimerais célébrer cette journée internationale des femmes !

Mais...

Cliquez sur la photo pour l'agrandir. 

Je suis plutôt habitée par une lourde tristesse...

Quand plus aucune femme ne vivra dans la violence et la pauvreté
Quand toutes les femmes du monde auront accès à l'éducation
Quand plus aucune femme ne sera mutilée au nom de la religion ou de la culture
Quand plus aucune petite fille ne sera vendue ou violée 

Alors seulement je danserai.

Mais tant que toutes les femmes ne seront pas libres, je serai en marche.

En marche avec celles qui ont lutté et qui luttent pour une égalité sociale, politique et économique pour tous les êtres humains.



Je marche avec et pour les femmes de ma vie.

Pour ma grand-mère qui n'a pu exercer son droit de vote au niveau provincial qu'en 1944 après que des femmes se soient rendues à Québec durant quatorze années consécutives pour l’exiger.

Pour ma mère qui n'a eu le droit de travailler sans l'autorisation écrite de son mari et qui n'était plus tenue de présenter la signature de son mari pour effectuer des transactions courantes qu'à partir de 1965.

Pour mes filles afin qu'elles aient accès à l'égalité en emploi, pour que les acquis pour de meilleures conditions de vie soient protégés et consolidés. 

Pour que mes petites filles vivent dans une société juste et égalitaire où tous les êtres humains, peu importe leur sexe, leur couleur ou leur lieu d'origine, auront droit à la dignité, au respect et à la liberté. 
  



Nous venons de très loin et nous ne sommes pas encore arrivées à destination…(PEDNAULT, Hélène, Manifeste pour la Marche mondiale des femmes au Québec, octobre 2000)






Si vous avez aimé ce texte, n'hésitez pas à le partager !




dimanche 2 août 2015

La chasse photographique...

...la seule que je pratique

Mes sujets de prédilections sont ceux qui me choisissent, qui se présentent tout simplement devant ma caméra, sans que j'aie eu à les chercher.  

Les sujets sont très variés - leur principal point commun étant de m'avoir, un instant, fait vibrer.  

Qu'ont en commun un tamia, une pergola, une fleur, son fruit (délicieux), un vison (bien vivant), un chevalier (champion du twerking), un héron, un goéland, une roche, de l'eau, un bout de vaisselle et le chariot du Père Noël? Tous se sont placés devant ma caméra aujourd'hui, je n'ai eu qu'à "peser su'l piton" pour que s'opère la magie.

Voici ces photos:


Le tamia, pas très content 
que j'aie découvert sa cachette.


Une pergola fort invitante.

Une fleur de ronce odorante.

Son fruit, une petite drupe ressemblant à une framboise aplatie.
On peut sans doute lire dans les lignes de ma main 
que j'en suis très friande: elles étaient délicieuses.

Le mignon petit Vison!
Le tout premier que je photographie!

Sans le ploc qu'il a fait en plongeant dans l'eau,
je ne l'aurais sans doute jamais aperçu.
 

Même si j'étais bien cachée, 
son odorat m'a vite détectée.

Près des marais, la faune est nombreuse,
et les insectes piqueurs le sont également.
Je ne m'y suis pas trop attardée.

Le Chevalier qui danse

Le Héron qui dort

Le Goéland qui fait le guet

La roche
N'est-ce pas qu'elle est spéciale?
Elle semble toute froissée.
On dirait des hiéroglyphes
ou des libellules qui s'y seraient trouvées prisonnières.
 

Le bout de vaisselle trouvé au bord de la rivière.
Elle me semble ancienne... 
comme j'aimerais connaître son histoire.

Et finalement, sans doute le sujet le plus intriguant du jour. 
Au bord de la route, le chariot du Père Noël 
avec la note "À donner" collée à l'avant.

Le Père Noël aurait-il démissionné?

Voilà!  C'est ce qui a sauté 
devant mon kodak cet après-midi.

J'ai trouvé ce que je ne cherchais pas.

Vous pouvez cliquer sur l'image 
pour les voir toutes en grand format.

À la prochaine!


















dimanche 21 juin 2015

Incroyables Comestibles à Wentworth

La naissance d'un jardin à partager




En 2011, dans le cadre du programme "Ma santé en valeur", le comité de Wentworth dans les Laurentides avait construit 4 petits jardins près du bureau municipal afin d'offrir aux gens qui n'en ont pas la chance, l'occasion de faire leur petit potager.  

Dans ces carrés sont nés des tomates, des laitues, des poivrons, tout plein de légumes et de nouvelles amitiés aussi.


L'an dernier, j'avais remarqué qu'un des jardins n'avait pas été utilisé.  Le chou-gras s'y était généreusement et vigoureusement installé.


J'ai contacté la dame, histoire de voir si elle avait décidé de faire une culture de Chénopode.  Après tout, c'est une plante comestible, riche en vitamines, en protéines et en minéraux.  Un coup de fil m'a permis d'apprendre que son état de santé ne lui permettait pas de faire de potager cette année, qu'elle n'utiliserait pas la parcelle qu'elle avait réservée. Je lui ai souhaité un prompt rétablissement.  C'est si précieux la santé.

Une abondance de nourriture et une parcelle libre, tiens, tiens... et si je créais un jardin à partager.


J'ai d'abord récolté le Chénopode.  Notez ici, que j'ai écrit récolté et non arraché comme pour les mauvaises herbes.  C'est que j'avais déjà plein d'idées en tête.


Puis j'ai arraché les herbes qui restaient,


laissant un carré fin prêt à accueillir de beaux légumes.


Le jardin des Fées s'est chargé de l'approvisionnement:  des tomates, de la bette à carde, des aubergines, des poivrons, une belle variété de légumes.



La bette à carde arc-en-ciel était vraiment heureuse de sortir de son petit pot dans lequel elle était rendue vraiment trop à l'étroit.  


Avez-vous remarqué? 
La couleur des racines est assortie à la plante.


Et voilà le jardin complété!
C'est-y pas beau ça?




Maintenant voilà l'affiche
Nourriture à partager / Food to share
bien à la vue! 


Au cours de l'été, c'était vraiment excitant de passer le matin pour voir une petite tomate en moins, quelques feuilles de bettes à carde récoltées... 

C'était magique!


Et avec la MONTAGNE de Chénopode... j'ai fait quoi?

Au sortir de l'hiver, le corps est friand des petites pousses printanières.


J'ai partagé avec des Copines.


J'ai inventé des potages.


J'ai préparé des salades.


Des smoothies aussi.  

Pas tous le même jour et pas chaque jour, bien sûr.


Cette année, deux parcelles sont libres.  
Est-ce que quelqu'un poursuivra le projet d'incroyables comestibles à partager?  C'est une histoire à suivre...




dimanche 17 mai 2015

Vélo et zoizo

Je croyais bien ne jamais y arriver tellement j'ai dû puiser dans le très profond de ma réserve d'énergie pour me rendre jusqu'aux vacances, mais j'ai réussi! M'y voilà enfin!  Neuf jours de congé que j'ai bien l'intention de savourer.



J'avais planifié faire une première sortie avec Samedi Vélo pour débuter mes vacances en beauté.  Comme l'énergie n'était pas au rendez-vous, j'ai utilisé la technique du "juste".  Vous la connaissez?  Je me suis juste levée, juste habillée.  J'ai juste déjeuné, juste bu mon café puis j'ai juste préparé une bouteille d'eau et juste mis mon vélo dans l'auto.  De juste en juste, j'étais prête à partir.  Je vais juste me rendre, me suis-je ensuite dit. Mon épuisement n'étant pas physique, bouger, sillonner des routes de campagne en bonne compagnie ne pourrait me faire que du bien.


C'est une belle gang de gens souriants qui m'ont accueillie. J'ai choisi de commencer par le groupe des "Baladeurs", le plus facile.  Au programme, une randonnée d'une quinzaine de kilomètres.  Comme nous ne sommes qu'un petit groupe, je vous propose d'allonger un peu le parcours, on pourrait prendre la route verte, propose la cheffe.  Ouiiiii! répondit en sautillant la petite fille en moi sans même de savoir ce que ça impliquait.  

Nous avons roulé... une trentaine de kilomètres en tout, à bonne vitesse à part ça (j'ignorais que je pouvais en faire autant). La balade fut fort agréable. Les belles fleurs printanières tapissaient le sous-bois et de partout retentissait l'harmonieuse symphonie des chants d'oiseaux. C'était magique! Une expérience à renouveler, c'est certain!

Pour compléter cette superbe première journée de congé, je suis retournée dans les bois, simplement pour m'y reposer.

À ce temps-ci de l'année, les pommiers et les cerisiers débordent de fleurs qui sentent le printemps.




Tout autour, 
parades et courses folles des oiseaux amoureux.






 Quelques clichés assez inusités

Un Carouge à épaulettes en plein vol


Deux Bernaches du Canada


Un Héron faisant sa toilette



Et, pour terminer, voici une pêche fructueuse.


C'est avec le coeur tout léger,
qu'à la maison, bien reposée,
je suis ensuite rentrée.