dimanche 21 juin 2015

Incroyables Comestibles à Wentworth

La naissance d'un jardin à partager




En 2011, dans le cadre du programme "Ma santé en valeur", le comité de Wentworth dans les Laurentides avait construit 4 petits jardins près du bureau municipal afin d'offrir aux gens qui n'en ont pas la chance, l'occasion de faire leur petit potager.  

Dans ces carrés sont nés des tomates, des laitues, des poivrons, tout plein de légumes et de nouvelles amitiés aussi.


L'an dernier, j'avais remarqué qu'un des jardins n'avait pas été utilisé.  Le chou-gras s'y était généreusement et vigoureusement installé.


J'ai contacté la dame, histoire de voir si elle avait décidé de faire une culture de Chénopode.  Après tout, c'est une plante comestible, riche en vitamines, en protéines et en minéraux.  Un coup de fil m'a permis d'apprendre que son état de santé ne lui permettait pas de faire de potager cette année, qu'elle n'utiliserait pas la parcelle qu'elle avait réservée. Je lui ai souhaité un prompt rétablissement.  C'est si précieux la santé.

Une abondance de nourriture et une parcelle libre, tiens, tiens... et si je créais un jardin à partager.


J'ai d'abord récolté le Chénopode.  Notez ici, que j'ai écrit récolté et non arraché comme pour les mauvaises herbes.  C'est que j'avais déjà plein d'idées en tête.


Puis j'ai arraché les herbes qui restaient,


laissant un carré fin prêt à accueillir de beaux légumes.


Le jardin des Fées s'est chargé de l'approvisionnement:  des tomates, de la bette à carde, des aubergines, des poivrons, une belle variété de légumes.



La bette à carde arc-en-ciel était vraiment heureuse de sortir de son petit pot dans lequel elle était rendue vraiment trop à l'étroit.  


Avez-vous remarqué? 
La couleur des racines est assortie à la plante.


Et voilà le jardin complété!
C'est-y pas beau ça?




Maintenant voilà l'affiche
Nourriture à partager / Food to share
bien à la vue! 


Au cours de l'été, c'était vraiment excitant de passer le matin pour voir une petite tomate en moins, quelques feuilles de bettes à carde récoltées... 

C'était magique!


Et avec la MONTAGNE de Chénopode... j'ai fait quoi?

Au sortir de l'hiver, le corps est friand des petites pousses printanières.


J'ai partagé avec des Copines.


J'ai inventé des potages.


J'ai préparé des salades.


Des smoothies aussi.  

Pas tous le même jour et pas chaque jour, bien sûr.


Cette année, deux parcelles sont libres.  
Est-ce que quelqu'un poursuivra le projet d'incroyables comestibles à partager?  C'est une histoire à suivre...




dimanche 17 mai 2015

Vélo et zoizo

Je croyais bien ne jamais y arriver tellement j'ai dû puiser dans le très profond de ma réserve d'énergie pour me rendre jusqu'aux vacances, mais j'ai réussi! M'y voilà enfin!  Neuf jours de congé que j'ai bien l'intention de savourer.



J'avais planifié faire une première sortie avec Samedi Vélo pour débuter mes vacances en beauté.  Comme l'énergie n'était pas au rendez-vous, j'ai utilisé la technique du "juste".  Vous la connaissez?  Je me suis juste levée, juste habillée.  J'ai juste déjeuné, juste bu mon café puis j'ai juste préparé une bouteille d'eau et juste mis mon vélo dans l'auto.  De juste en juste, j'étais prête à partir.  Je vais juste me rendre, me suis-je ensuite dit. Mon épuisement n'étant pas physique, bouger, sillonner des routes de campagne en bonne compagnie ne pourrait me faire que du bien.


C'est une belle gang de gens souriants qui m'ont accueillie. J'ai choisi de commencer par le groupe des "Baladeurs", le plus facile.  Au programme, une randonnée d'une quinzaine de kilomètres.  Comme nous ne sommes qu'un petit groupe, je vous propose d'allonger un peu le parcours, on pourrait prendre la route verte, propose la cheffe.  Ouiiiii! répondit en sautillant la petite fille en moi sans même de savoir ce que ça impliquait.  

Nous avons roulé... une trentaine de kilomètres en tout, à bonne vitesse à part ça (j'ignorais que je pouvais en faire autant). La balade fut fort agréable. Les belles fleurs printanières tapissaient le sous-bois et de partout retentissait l'harmonieuse symphonie des chants d'oiseaux. C'était magique! Une expérience à renouveler, c'est certain!

Pour compléter cette superbe première journée de congé, je suis retournée dans les bois, simplement pour m'y reposer.

À ce temps-ci de l'année, les pommiers et les cerisiers débordent de fleurs qui sentent le printemps.




Tout autour, 
parades et courses folles des oiseaux amoureux.






 Quelques clichés assez inusités

Un Carouge à épaulettes en plein vol


Deux Bernaches du Canada


Un Héron faisant sa toilette



Et, pour terminer, voici une pêche fructueuse.


C'est avec le coeur tout léger,
qu'à la maison, bien reposée,
je suis ensuite rentrée.








vendredi 15 mai 2015

Les tulipes se préparent pour le bal


Elles ont revêtu leur plus beaux atours.












Celle-ci avait commencé tôt à faire le party.
Voyez comme elle a l'air éméchée. 





dimanche 10 mai 2015

J'ai sauvé une tortue et... je me suis sauvée.

Au milieu de la route aujourd'hui, une tortue se reposait.


"Ce n'est pas vraiment un bon endroit pour faire la pause petite tortue" 
lui ai-je dit en m'approchant.

 

Euh... pas trop certaine qu'elle appréciait mon intervention.

 

"Tu dois vite traverser l'autre côté pour être en sécurité."
"Nop! Je reste ici!" m'a signifié la tortue têtue 
en se recroquevillant dans sa carapace.


 


J'avais bien vu qu'une sangsue l'avait prise pour un taxi, immobile pour l'instant, mais tout de même.  Elle s'étirait maintenant de tout son long.    Elle était inatteignable pour cette tortue.  Devais-je lui enlever?  Laisser faire la nature?  Ça devait l'achaler.  J'ai décidé de l'aider.  Avec une petite roche et une moue de dédain, je l'ai décollée. Beurk.


Je me suis alors rappelée une vidéo que j'avais vu passer sur facebook dans laquelle une tortue se dandinait d'un côté et de l'autre lorsque quelqu'un lui caressait la carapace.  Comme elle était maintenant libérée de sa locataire, j'ai essayé.  La mienne est restée stoïque.  J'ai essayé de nouveau.


Toujours vraiment stoïque


"Vous allez bien madame?" demande soudainement une grosse voix de mâle derrière moi.  J'ai failli mourir d'une crise de cœur!  C'était le propriétaire d'une maison voisine qui avait aperçu mon auto arrêtée sur le bord du chemin et moi, en petit bonhomme, au milieu de ce même chemin.

"Euh... elle était, elle y est d'ailleurs toujours, dans le milieu de la rue, j'ai voulu l'emmener vers un endroit plus sécuritaire... faire quelques photos avant... c'est vrai que j'aurais pu les faire après...que c'est pas plus sécuritaire si on reste les deux au milieu de la route,..."  Malaise.  

J'essayais de m'en sortir dignement.  "Avez-vous remarqué?  On dirait des pattes de dragon.  Non? Vous trouvez pas?".  Je bafouillais n'importe quoi.



J'ai soulevé la tortue qui soudainement s'animait, agitait ses pattes en tous sens en me lacérant les avant-bras.  Je l'ai déposée sur l'accotement, du côté du lac, en lieu sûr.  J'ai fait une dernière photo. Puis une seconde pour montrer le sérieux de mon affaire.   "Voilà!  C'est fait! Merci!  Au revoir!" que j'ai dit à l'homme avant de me diriger rapidement vers mon auto pour repartir sans jamais jamais me retourner.